Association Intertok

Placer l'Homme au Centre

Projet de Promotion Humaine : quel beau nom pour un projet de développement

Ce Projet global me tient à cœur depuis 40 ans et c’est peu à peu que je découvre avec joie sa richesse et sa profondeur.

Il ne s’agit plus de lutter pour quelque chose, de lutter contre quelque chose, fusse contre la pauvreté ou le sida. Il s’agit d’un regard sur l’homme vivant, là où il vit, au moment même où il vit, l’homme pris dans sa globalité, avec ses capacités traditionnelles, ses forces d’apprentissage ; avec sa lente découverte de l’autre, des autres.

Telle est la stratégie du développement pour l’homme que nous proposons. Cela s’appelle la promotion humaine. On n’y parle pas d’abord de santé, d’éducation, d’investissement, ni de lieu, ni de temps… La vie de l’homme est éternelle et son avenir infini. On y parle de l’homme.

Un tel projet de promotion humaine ne parle pas de sous-développement, ni de modèle, il n’y a pas de pays émergents ou sous-développés, ni d’homme évolué, cultivé. Il n’y a plus que l’homme, un homme, l’humain qui se construit.

Nous ouvrons la porte de l’avenir, non pas une porte de développement pour tel village, pour 5 ans, pour 5 millions d’euros. Non, il s’agit de l’humain qui poursuit son chemin.

L’humain ? C’est toi, c’est moi, c’est nous. Il est au nord, il est au sud, il est nu ou bien vêtu, il mange du mil ou des frites, il a faim ou il est obèse. Il n’y a plus ceux qui aident et ceux qui sont assistés. Il y a passage de l’homme à l’homme, deux regards qui se croisent pour construire ensemble leur vie. Ils se découvrent, ils s’aident à grandir, ils vivent :

"Tu as faim ! mais pourquoi ?"

"Je ne peux pas me soigner faute d’argent !" - "Chez moi c’est gratuit, mais en déficit !"

"J’ai 10 enfants et toi 2 …" - "C’est bizarre …"


Le projet de promotion humaine, projet global, est d’abord un appel à changer de cœur, à renouveler son regard pour tous les acteurs, noirs et blancs… c’est donc une micro-image de la mondialisation.

A quoi sert une école si l’enfant meurt de rougeole ou de méningite, ou si son développement intellectuel est compromis par la malnutrition ? Et c’est d’agriculture qu’il s’agit.

Entre les associations, entre les structures du projet à Tokombéré, s’ouvrent des espaces de dialogue : Secrétariat général - Fédération Intertok - Conseil de partenariat.

Bien sûr, ces rencontres coûtent cher, mais quand on parle de l’avenir de l’homme, c'est de tout l’homme et de tous les hommes qu'il s'agit. Ceci est vrai, en Afrique, en Asie, en Europe ou ailleurs. C’est vrai pour les musulmans, les chrétiens, les héritiers de la tradition, ou les autres.

Chacun trouve la piste qui l’intéresse. Chacun se rappelle aussi que les autres, sur d’autres pistes, sont aussi sur la piste de l’homme.

"Nous sommes tous sur la même piste" (Baba Simon).

Par la mondialisation, par la pluralité unie de nos actions, nous touchons au projet même de Dieu.

Il ne peut y avoir de promotion de l’homme sans le regard de Dieu sur tous les hommes qui se découvrent frères, si proches dans leur diversité ; il ne peut y en avoir non plus sans le regard des hommes qui se croisent, se heurtent comme des atomes. De ces regards croisés, éclatera une lumière, jaillira l’Humain, projet de Dieu.


"Je voudrais qu’ils voient Dieu et les hommes comme Jésus les voit" (Baba Simon).