Association Tokombéré La Santé

Père Djamba au CA de l'ATS janvier 2018

Intervention du Père Denis Djamba au CA de l’ATS le 25 Janvier 2018

 

Le père Denis Djamba, curé de Tokombéré, nous a d'abord remerciés de l’accueillir au sein de notre Conseil.

 

Il a commencé par un tour d’horizon de la situation médicale de Tokombéré et de sa région.

Le fait nouveau est la construction d’un Hôpital public  de grande  envergure à Maroua, renforçant considérablement les possibilités de l’actuel hôpital public. Outre cet  établissement existent un dispensaire catholique, des  baptistes, et à proximité (une dizaine de kilomètres), l’hôpital privé  de Meskin tenu par des Américains.  L’Evêché  n’envisage donc pas la construction d’un hôpital privé catholique à Maroua.

Tous, nous déplorons l’absence de complémentarité ou de collaboration entre les différents centres de santé public-privé et même privés entre eux. Certes l’état des routes n’arrange pas les choses, mais des progrès sont à attendre avec la mise en chantier de plusieurs axes : Maroua- Mora, Mora-Kouseli, Machlinga-Tokombéré. L’information, aussi, circule mal. La venue d’un chirurgien spécialisé dans tel ou tel centre n’est pas toujours annoncée, on ne peut donc lui adresser un patient pouvant bénéficier de ses soins. François Beaufils suggère que  pour tenter de fédérer l’ensemble des centres de santé de la région soient organisées  des réunions sur un thème précis. Ces réunions pourraient être initiées par les directeurs des hôpitaux, seraient l’occasion de se parler, de se rencontrer. Se poserait le problème des « per diem ». En revanche, la formation marche bien, tant à l’Hôpital, qu’à un niveau élargi à l’ensemble du Diocèse, concernant à la fois le personnel médical que le personnel administratif.

 

Ont été ensuite abordés  des sujets religieux, la Béatification de Baba Simon,  faire connaitre Baba Simon, l’activité de la paroisse New Bell, l’activité des membres de l’UPT (Université Populaire de Tokombéré ) à Maroua, la «  MEA »  ( Mpeke, Ella, Aurenche, les trois curés de Tokombéré ).

P. Morice a demandé où en était le dialogue interreligieux, notamment avec l’Islam . Le Père Denis a répondu qu’il connaissait l’Imam, qu’ils se rencontraient lors des manifestations officielles, qu’il n’y avait aucune tension entre Chrétiens et Musulmans.

La population compte environ 6 à 7000 Catholiques sur 150 000 habitants, 25% de Chrétiens, 25 % de Musulmans et 50 % d’Animistes.

Dans la Paroisse, un Diacre, 52 Catéchistes, 780 Catéchumènes.

L’an prochain verra le soixantième anniversaire de la création de la Paroisse Saint- Joseph de Tokombéré.  A plus longue échéance, le Père Denis voudrait voir la construction d’une Eglise à Tokombéré. Une cathédrale est déjà en cours d’édification à Maroua.

 

Sont venues ensuite des questions sur les autres composantes du PPHT.

-  Le Secrétariat Général : maintien des réunions régulières

-  Le collège Baba Simon : connait des problèmes financiers : le nombre d’  élèves diminue, les charges augmentent. Une centaine d’élèves bénéficient de bourses provenant de la Pologne, une centaine d’autres des chantiers de vacance. Les responsables pensent qu’ils ont peut-être recruté trop de  professeurs.

En revanche, au niveau du Diocèse, les quatre écoles primaires catholiques sont rentables.

-   La Menuiserie : elle va mal.

-   La Maison du Paysan est en pleine réflexion entre Mil et Blé, le Diocèse et le CDD.

La situation agricole est préoccupante, les récoltes ont été très mauvaises, le sac de mil est aussi cher qu’en période de famine, les prix  au mois d’Août, risquent d’être prohibitifs. Il y a peu de possibilités de substitution au mil : le riz, difficile à trouver, la banane, la pomme de terre.

 

Pour terminer, on a parlé de la jeunesse, qui ressemble à toutes les autres jeunesses du monde, qui fait beaucoup de sport, qui est remuante !

 

Au terme de ce vaste tour d’horizon, on remercie le Père Denis Djamba des éclairages qu’il  nous a donnés  sur  la vie à Tokombéré, sur sa région et sur le Diocèse de Maroua-Makolo  et on se dirige vers le buffet pour un apéritif dinatoire